Les Portes de l’Essonne. Tome 1 : Athis-Mons, Paray-Vieille-Poste

 

 

Edité par l’APPIF avec l’aide du Conseil Général de l’Essonne, cet ouvrage révèle de véritables lieux de mémoire. Villes de la proche périphérie parisienne, Athis-Mons et Paray-Vieille-Poste se sont urbanisées dans l’Entre-deux-guerres à partir d’îlots villageois, gagnés dès la fin du XIXème siècle par l’habitat d’agrément, sur le coteau de Mons et les bords de Seine, puis par l’industrie dans le quartier du Val.

Dans les premières décennies du XXème siècle, l’épopée des « mal-lotis » fait naître les zones pavillonnaires caractéristiques de la banlieue parisienne. Porteur d’une identité et d’une histoire locale, le pavillon côtoie ainsi la grange monastique de Mons, le château de la comtesse de Charolais, les maisons de villégiature et les édifices de la Reconstruction. Un héritage aux multiples facettes compose l’image de ce territoire d' »art modeste et d’histoire simple ».

A travers le premier volume d’une anthologie consacrée au patrimoine architectural et mobilier de la nouvelle communauté de communes des Portes de l’Essonne, le lecteur est convié à découvrir les traits particuliers de cette histoire urbaine et de son habitat.

 

Recherche : Brigitte Blanc, conservateur

Photographies : Philippe Ayrault

Décembre 2004 – 23 euros (adh. : 20 euros) – ISBN : 2-905913-42-8

 

Consultation : centre de documentation de la Maison de Banlieue et de l’Architecture

 

 

 

1 commentaire

  1. Marie dit :

    Toujours passionnant de découvrir l’histoire de sa région, département, ville… On regarde ce qui nous entoure d’une autre manière après cela. Merci pour cette référence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *