Exposition : La reconstruction 1944-1960 / Les Portes de l’Essonne (Athis-Mons, Juvisy-sur-Orge, Paray-Vieille-Poste)

Pavillon Reconstruction du quartier du Val, Athis-Mons. Cliché Maison de Banlieue et de l'Architecture.

Les trois communes des « Portes de l’Essonne » (Athis-Mons, Juvisy-sur-Orge et Paray-Vieille-Poste) subirent d’importants dommages en avril et mai 1944, lorsque les bombardements aériens alliés visant le triage de Juvisy tuèrent plus de 400 personnes et détruisirent de larges secteurs bâtis de ces communes.
Comme nombre d’autres cités martyres, ces trois villes sinistrées à des degrés divers ont dû reconstruire une partie de leur patrimoine bâti : c’est l’histoire de ce vaste chantier qui est retracée ici avec sa phase réglementaire préalable, mais aussi à travers ses transformations urbaines et ses créations architecturales.
En effet, la reconstruction des communes s’opéra grâce à la coopération des services de l’Etat (ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme) avec les sinistrés regroupés en associations. A cette fin, toute une administration fut mise en œuvre pour exécuter efficacement cette politique de solidarité nationale. Sa réalisation s’opéra, en effet, dans l’urgence et poursuivit plusieurs objectifs : l’installation de cités provisoires d’hébergement des sinistrés ; le remodelage des quartiers sinistrés par une réaffectation spatiale des activités urbaines (voirie, services publics, espaces verts, etc.) ; la reconstruction des bâtiments sinistrés selon une restitution à l’identique ou d’égale valeur ; les bâtiments publics et les infrastructures (triage de Juvisy) bénéficièrent d’une redéfinition de leurs missions.
Au terme d’une décennie de reconstruction, c’est un visage renouvelé, dynamique et empreint d’une « modernité » raisonnable que présentaient les trois communes des Portes de l’Essonne. Cette modernité a maintenant plus de quarante ans : fonctionne-t-elle toujours ?
Avec des cartes comparatives, quelques plans originaux, des photos, des extraits de témoignages, l’exposition présente les différentes étapes et réalisations de cette RECONSTRUCTION en cette partie de l’Île-de-France (où d’autres communes furent également bombardées).

Réalisation : Maison de Banlieue et de l’Architecture et service de l’Inventaire général du patrimoine culturel, DRAC Île-de-France, Ministère de la culture, 2003.

Présentation à la Maison de Banlieue et de l’Architecture : du 23 avril au 19 juillet 2003.

Publication : cahier n° 9 de la Maison de Banlieue et de l’Architecture, éponyme. En savoir +

Autour de l’exposition : visites, conférences, randonnées urbaines… En savoir +

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *