Enfants d’ici, parents d’ailleurs : Histoire et mémoire de l’exode rural et de l’immigration

Saturno, Carole. – Paris : Ed. Gallimard jeunesse, 2005. – 143 p

En 2005, Carole Saturno publie chez Gallimard jeunesse un documentaire sur l’histoire de l’immigration. En quatrième de couverture, on peut lire le résumé suivant :

« Plus d’un Français sur trois compte dans son arbre généalogique un ancêtre d’origine étrangère. Et la majorité des citadins ont des racines paysannes.
Juifs, Russes, Arméniens, Polonais, Italiens, Espagnols, Portugais, Algériens, Marocains, Tunisiens, Turcs, Yougoslaves, Maliens, Chinois… mais aussi Bretons, Auvergnats, Savoyards : ils ont quitté leur pays ou leur région pour fuir une guerre, une dictature, un génocide ou la misère, dans l’espoir d’une vie meilleure. Dans les usines ou dans les mines, sur les champs de bataille, dans les campagnes et dans les villes, ils ont contribué à l’expansion économique, aux combats pour la démocratie, à l’enrichissement de notre culture. Leur histoire est notre histoire. »

 

L’ouvrage est une fiction et un documentaire qui s’intéresse à toutes les immigrations, depuis l’exode rural au début du siècle jusqu’aux demandeurs d’asile politique rwandais ou bosniaques.

Il s’ouvre sur l’évocation d’une histoire familiale par une petite bretonne, Alice, dont l’arrière-grand-mère est arrivée à Paris sans parler un mot de français. Quelques éléments repères sont alors donnés comme cette Bécassine née en 1905 dans le magazine « la semaine de Suzette »  avant qu’une double page n’aborde la question strictement documentaire sur l’exode rural puis sur la révolution industrielle. Ce phénomène est associé à la mémoire de l’immigration car, explique l’auteur dans un entretien avec l’association lecture jeunesse, « il  concerne une épreuve de déracinement comme celle des étrangers franchissant une frontière ».

Quinze enfants racontent ainsi leur histoire, illustrée sur une grande double page qui traduit un imaginaire enfantin. Puis, pour inscrire ce récit dans l’Histoire, une synthèse est proposée avec des repères historiques et géographiques. Enfin des témoignages, des extraits de lettres de migrants complètent cette approche selon des angles variés.

Histoire, sociologie, récit de vie composent ainsi ce livre chrono-thématique qui débute à partir de 1850 et se poursuit jusqu’aux années 2000.

L’ouvrage  a  reçu de nombreux prix. « Ricochet » un site sur l’univers du livre jeunesse l’a sélectionné dans sa banque de données.

En écho au cahier n°21 de la Maison de Banlieue  « Ils sont venus nous sommes tous là, les étrangers dans le peuplement Athis-Mons, Juvisy-sur-Orge, Paray-Vieille-Poste, 1817-1936 »,  les plus jeunes (et moins jeunes !) trouveront avec ce très bel ouvrage  matière à réflexion et à partage de connaissances !

 

C’est en rayon au centre de documentation de la Maison de Banlieue et de l’Architecture

 

1 commentaire

  1. Merci pour cette article, vous rédigez vraiment bien 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *